Guerres et sociétés celtiques (Ve-Ier siècle avant J.-C.)

À la lecture des sources antiques, la guerre apparaît comme une des caractéristiques fondamentales des sociétés celtiques. Considérés comme des « fous de guerre » (Strabon, IV, 4, 2), les Celtes en général et les Gaulois en particulier sont systématiquement perçus comme des fauteurs de troubles dont l’unique but est de porter la terreur chez leurs voisins. C’est ce que rapporte, entre autres, Florus à propos des Sénons : « Les Gaulois Sénons étaient un peuple d’un naturel farouche et de mœurs barbares. De plus, leur taille gigantesque, leurs armes énormes, tout en eux inspirait l’effroi, et ils semblaient nés pour massacrer les hommes et saccager les villes » (Epitome, I, 13). Or, au-delà des topoi antiques — d’ailleurs largement repris par les modernes —, à propos de l’amour des Celtes pour la guerre et le pillage, nous tenterons d’en restituer la portée réelle et de comprendre, au-delà des apparences, la part particulièrement importante que la guerre a tenu dans le mode de production et de reproduction social des sociétés celtiques. Dans le cadre de cet exposé, c’est l’analyse des sources antiques qui retiendra notre attention parce que c’est la documentation la plus univoque pour tenter de cerner au mieux la nature des guerres menées par les Celtes au cours des cinq derniers siècles avant J.-C.